Comment éviter les embouteillages à Paris ?

Tous les Parisiens et ceux qui travaillent à Paris le savent : circuler y est un vrai calvaire, en particulier aux heures de pointe. Fléau de toutes les grandes villes, le problème des embouteillages semble exploser dans la capitale, tant la circulation urbaine y est importante. Point focal de la région et de toute la France, Paris draine en effet un trafic routier extrêmement dense qui vient encombrer les axes d’entrée et les artères principales. Sur les rocades et le boulevard périphérique, les voitures s’empilent et forment des dizaines de kilomètres de bouchon d’à peine 14km/h de vitesse en moyenne, ce qui conduit de nombreux usagers de la route à préférer la moto. Mais est-ce réellement la solution ultime ?

Circuler en deux-roues à Paris au lieu de quatre

Si pour la plupart d’entre nous, rouler est un pur plaisir, certains conducteurs franciliens ont fait le choix de la moto par praticité. Pour circuler dans les embouteillages, pour se garer plus facilement, pour avoir une alternative en cas de grève des transports en commun… la moto semble être la solution à tous les problèmes du déplacement urbain à Paris. Tu as fait le choix de la moto pour son côté pratique ? Même s’il est vrai qu’elle permet d’éviter les retards au travail le matin ou de rentrer à une heure décente à la maison le soir, il ne faut pas oublier que sa conduite peut être dangereuse, surtout dans les embouteillages et en ville.

Malheureusement, à Paris comme dans de nombreuses métropoles, circuler à moto ou scooter par pur sens pratique conduit souvent à commettre des infractions, des incivilités et à se mettre en danger, comme enfreindre les limitations de vitesse en ville, couper les ronds-points, rouler sur des voies de bus, emprunter les trottoirs, etc. Les motards représentent en effet la moitié des morts sur la route, quasiment autant que les piétons.

Autre point important à noter, les problèmes de pics de pollution qui obligent à adopter une circulation alternée ou à adopter la vignette Crit’Air concernent également les motos. Et pour cause, depuis le 1er janvier 2016 la vignette est devenue obligatoire pour les voitures, mais également pour les deux-roues. Elle doit être placée sur la fourche de la moto ou du deux-roues quel qu’il soit. Si vous roulez en moto, vous devez donc obligatoirement en être équipé, notamment dans les zones à circulation restreinte.

Mobilité urbaine : faire le choix de l’électrique

Si les transports en commun de la ville de Paris ne te conviennent pas et que tu as absolument besoin d’un véhicule fiable pour effectuer tes trajets de ton travail à ta maison ou pour d’autres déplacements urbains, tu peux t’orienter vers les véhicules électriques. La voiture, bien qu’elle soit électrique, est cependant à exclure puisque tu resteras coincé dans les bouchons au même titre que les autres véhicules. Dans ce cas, privilégie plutôt la moto électrique ou le scooter électrique qui seront peut-être plus intéressants que la moto thermique.

Si de nombreux motards parisiens se tournent vers des modèles électriques, ce n’est pas parce qu’ils sont moins dangereux que ta voiture habituelle, mais bien parce qu’ils disposent d’avantages qui en font d’excellents véhicules pour se déplacer en ville.

Avantages écologiques

Le premier avantage de la motorisation électrique est bien entendu son aspect écologique. La moto électrique ne rejette pas de gaz d’échappement et surtout elle est silencieuse. Un véritable atout puisque tu ne gêneras plus les riverains avec des bruits de moto particulièrement désagréables.

D’autre part, il faut savoir que les petites mobylettes, motos et scooters polluent paradoxalement beaucoup plus : leurs émissions de monoxyde de carbone au litre d’essence sont 10 fois plus élevées qu’une voiture essence, et 20 fois plus qu’une voiture diesel. Et même si elles dégagent moins d’azote qu’une voiture diesel, en revanche, c’est le triple d’une voiture essence… tout cela est à multiplier en cas de pic de chaleur, au-delà de 30°C. L’impact disproportionné de la pollution des motos thermiques en ville par rapport à leur faible nombre est encore peu connu, et pourtant, les chiffres sont alarmants. Faire le choix de l’électrique, c’est donc faire un choix responsable pour la planète, mais également pour la santé publique.

Avantages stratégiques

Faire le choix de l’électrique en agglomération urbaine permet également d’avoir plus de mobilité sur des distances importantes. Les motos électriques ont en effet de plus en plus d’autonomie, jusqu’à 70 km avec un moteur de 3000W, et certaines peuvent même se recharger au travail si le parking de ton entreprise est équipé. Certains modèles ont aussi une batterie amovible que l’on peut charger partout si une prise classique 220v est bien entendu disponible aux alentours. De plus, tu pourras circuler librement avec ta moto électrique, et ce, même pendant les périodes de pics de pollution puisqu’elle ne pollue pas. Elle n’est en effet pas soumise à la même restriction de circulation.

Petit plus, la moto électrique 50cc peut aussi se conduire sans permis et à partir de 14 ans. Il est bien évidemment obligatoire de maîtriser le Code de la route et de s’équiper de protections pour respecter la loi et rouler sans se mettre en danger personnellement, mais aussi les autres usagers de la route. Son moteur peut certes rapidement monter à 45km/h, mais il est important de faire preuve de souplesse et d’une conduite douce pour garantir ses performances. Adopte une conduite raisonnée et tu pourras bénéficier de ses nombreux atouts.

Avec la moto électrique, tu auras également l’avantage de te garer plus facilement, sans déranger les piétons, cyclistes et riverains qui ne seront plus exposés aux dégagements de fumée au démarrage de ton deux-roues. Elle est donc mieux tolérée par les urbains que la moto thermique, pointée du doigt par les municipalités et les habitants pour ses nombreuses nuisances : pollution, bruit, emprise au sol avec une présence particulièrement importante sur les trottoirs et parkings… Si la motorisation de l’engin ne solutionne certes pas tous les problèmes inhérents à la conduite d’un deux-roues en ville, le choix de l’électrique peut permettre de trouver un compromis entre pratique et gêne des usagers en trouvant un terrain d’entente.

À Paris comme ailleurs, ce n’est pas la moto qui fait sa mauvaise réputation, mais bien la façon dont son propriétaire l’utilise. La civilité nous concerne tous. Malheureusement lorsqu’un motard fait preuve d’un mauvais comportement, c’est souvent toute la communauté qui est fustigée.

Avantages économiques

Dédiée à la mobilité urbaine avant tout, la moto électrique est parfaite pour se garer partout et éviter les embouteillages sur les petits trajets, ceux qui nous font perdre un temps considérable sur la route. Tu pourras en trouver pour moins de 3000 € : son prix n’est pas forcément accessible par rapport à une petite cylindrée thermique, or tu économiseras des sommes considérables sur tes frais de carburant, sans compter que tu pourras bénéficier du bonus écologique.

Il s’agit d’une aide financière attribuée pour l’achat d’un deux-roues à moteur électrique. Toutefois il faudra remplir quelques conditions : le véhicule doit être neuf et ne pas être mis en vente avant un an. Concernant le montant de l’aide, celui-ci dépendra de la puissance du moteur de ton deux-roues. Enfin, le bonus pourra être directement déduit par le concessionnaire ou tu as également la possibilité de te faire rembourser après l’achat, il te suffira d’en faire la demande.

En revanche plus ta moto est vieille et pollue, plus tu devras débourser pour ton certificat d’immatriculation : c’est la « bonne nouvelle » de 2021. L’Île-de-France faisant partie des régions les plus chères pour s’immatriculer, il s’agit donc d’un avantage indéniable.

Plus besoin de passer régulièrement à la pompe et de subir la hausse des prix du carburant : l’électricité est bien moins chère et son prix beaucoup plus stable. A noter que la mairie de Paris fait des efforts en proposant des bornes de rechargement en ville. Si certains modèles de moto électrique se rechargent à l’aide d’une prise spécifique installée par le constructeur chez toi ou dans ton parking, d’autres se branchent facilement au secteur ou fonctionnent tout simplement par l’échange de batteries. Dans ce cas, tu en as deux : une en charge, l’autre en usage, et tu alternes.

Enfin, si tu penses avoir besoin d’alterner entre l’électrique et le thermique, tu peux aussi attendre la sortie de la moto hybride. Suzuki et Kawasaki travaillent en effet sur des prototypes encore très secrets. Du côté français, Marc Évenisse travaille sur sa Furion actuellement en développement. S’il dit ne pas croire à la moto 100% électrique, car, selon lui, elle ferait perdre le plaisir des sensations à moto, la propulsion électrique reste une des clés de l’avenir. L’inclure dans une motorisation hybride offrirait un compromis entre la conscience écologique et le plaisir de rouler. En revanche, le 100% électrique conviendrait parfaitement aux scooters qui s’adressent à un public plus large que les fans de moto, et qui concernent des déplacements majoritairement urbains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *