Les pièges à éviter pour choisir son assurance moto

Mars est la période où la plupart des contrats d’assurances arrivent à échéance (sachant qu’après 1 an vous pouvez désormais changer d’assurance quand bon vous semble et plus uniquement à date anniversaire), c’est l’occasion de faire le point sur votre contrat. La plupart des motards investissent tout leur argent dans leur moto et leur équipement, et ont tendance à compenser en prenant une assurance pas chère. Une fausse bonne idée ? Faut-il souscrire une assurance tous risques, ou simplement au tiers ? Une assurance plus chère est-elle nécessairement de meilleure qualité, à l’inverse une une assurance pas chère est-elle moins efficace ?

3 éléments permettent de savoir vers quelle assurance se tourner :

Le montant des indemnisations
Une assurance pas chère c’est tentant, toutefois le but même de l’assurance est de vous couvrir le jour où vous avez un accident (bien que nous pensons tous que cela ne nous arrivera jamais..). Et c’est malheureusement à la suite d’un accident que les assurés constatent qu’ils seront très faiblement remboursés car le niveau de couverture de leur assurance est minime… parfois 2 à 3 fois moins qu’avec une assurance moto qui ne coûtait pourtant que 10% plus chère. En résumé, pensez à comparer la différence de tarif de l’assurance ramené aux montants d’indemnisation.

Mais surtout, quoiqu’il arrive, que votre assurance soit pas chère ou non, que cela soit en option ou inclus dans votre formule, n’oubliez jamais de vérifier que votre assurance couvre la garantie individuelle pilote. Parfois en option (notamment auprès des assurances pas chères), elle est pourtant indispensable puisqu’elle couvre les dommages corporels subis par le conducteur (vous). Nous voyons souvent des témoignages de motards ayant subis de gros accidents se battre contre leur assureur (« qui ne les avait pas informés » selon eux) et qui ne peuvent plus assurer leurs soins.

La cote argus de votre moto
La cote argus vous permettra de comparer la valeur de votre moto et de vérifier que le coût de l’assurance est en phase. Plus votre moto est chère et récente, plus est préférable de choisir une formule “tous risques” (qui couvre les autres, vous-même et votre véhicule). A l’inverse, plus la moto est vieille ou peu chère, moins il est intéressant de souscrire une formule tous risques et une formule au tiers fera amplement l’affaire compte tenu de la valeur de votre bolide (même si la valeur affective, cela n’a pas de prix).

Le montant des franchises
Pensez aussi à vérifier le montant des franchises ! La franchise c’est quoi ? Et bien cela correspond au montant que vous devrez payer pour que votre assurance vous prenne en charge votre sinistre ! Oui vous avez bien lu, vous payez déjà pour être assuré et vous devrez payer à nouveau pour déclencher véritablement la prise en charge financière d’un accident le jour où cela arrive… ceci est fait pour éviter que les assurés sollicitent sans cesse leur assureur pour de petits dégâts. Si, par exemple, dans le cas d’un accident vous en avez pour 100€ de rétroviseurs cassés mais que la franchise bris de glace est à 150€, vous aurez vite fait votre choix : vous réparerez vous même et de déclarerez rien à votre assureur ! Et donc à ce jeu là, les assurances pas chères appliquent des franchises généralement beaucoup plus élevées que les bonnes assurances. Finalement c’est un trompe l’œil : initialement cela semble moins cher, en réalité au moment où vous avez besoin de faire marcher votre assurance vous finirez par payer malheureusement beaucoup plus cher.

Pour conclure, nous savons bien que notre mauvaise foi motarde nous pousse à croire que nous sommes tous de grands pilotes, mais plutôt qu’avoir à faire à son assurance parfois mieux vaut investir aussi dans un bon stage de moto de piste pour perfectionner sa conduite et éviter autant que possible l’expérience d’un accident 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question de sécurité (anti-robots) *