Avez-vous déjà envisagé le comotorage ?

Le covoiturage est un phénomène sociétal qui se démocratise pour des raisons économiques et pratiques évidentes : le service rendu aux uns génère une dilution des frais pour tous. Toutefois, il n’est aujourd’hui répandu que pour le transport en automobile personnelle. Et pourquoi pas à moto ? Plusieurs entreprises proposent ce service, notamment la célèbre Mapool.

Rencontre avec une start-up française (jeune pousse, NDLR), Zoody, qui a décidé de se lancer elle aussi dans le comotorage avec son application BeeRide et de mettre en relation les conducteurs et les passagers. 

Les services proposés

BeeRide propose deux fonctionnements indépendants et complémentaires :

  • Trajet instantané : passagers et conducteurs sont géolocalisés en temps réel ;
  • Trajet programmé : le conducteur rentre, à l’avance, les trajets qu’il prévoit de faire et que le passager peut réserver.

Les critères d’éligibilité

Pour être conducteur BeeRide, certains pré-requis sont nécessaires, afin de garantir l’assurance raisonnable d’une expérience et d’une qualité et sécurité du service :

  • Expérience : au moins 2 ans de permis ;
  • Véhicule : un deux-roues ou trois-roues de moins de 7 ans d’âge ;
  • Conformité : au moins 9 points restants sur le permis de conduire, une assurance en règle et à jour.

Il n’y a pas de commission, le service calcule, en fonction du trajet, une estimation de la participation aux frais de route. Toutefois, la somme est librement fixée par le conducteur : il peut la revoir à la hausse comme à la baisse.

Et vous ?

Avez-vous déjà utilisé un service de ce genre ou concurrent ? Envisageriez-vous d’essayer, en tant que pilote comme en tant que passager ?

Source : BeeRide.fr

3 commentaires sur “Avez-vous déjà envisagé le comotorage ?

  1. Crickey

    salut,
    comme toujours on nous vend comme une innovation d’une start up hyper novatrice le fait de via une plateforme web, application smartphone etc.. on va simplement faire faire pour 4 sous le boulot de professionnels (ici les moto taxi, mais aussi les coursiers, les livreurs en tous genre etc..) par des particuliers.
    Ce qui va vite se transformer (puisque les prix sont libres) en activité principale pour des gens qui vont en faire un métier, sans en avoir la structure, les assurances, ne rien cotiser etc..

    Répondre
    1. Pianographe Post author

      Salut,

      Des détournements et abus sont toujours possibles, en effet, mais je ne pense pas que ce soit l’idée de base. A mon avis, c’est pas vendu comme hyper innovant mais comme un service de mise en relation, avec « participation aux frais de voyage », en gros. Et puis le tarif a beau être libre, il est décidé à l’avance donc doit être accepté par les deux parties.

      Je vois plus ça comme du dépannage, du ponctuel, du service, qu’une activité à industrialiser, mais je suis peut-être naïf 😉

      Répondre
  2. Crickey

    toutafé, un peu naïf, c’est Uberpop a moto.

    A l’heure actuelle nous pouvons aussi trouver dégradant que la publicité nous montre une jolie jeune secrétaire dans le désarroi sauvé par un gentil jeune homme en 2 roues, pourquoi pas l’inverse ? car il faut laisser l’espoir au motard qu’ils vont pécho hihi.

    Bien sur, les personnes auront pensées a emmener un casque au cas ou il aurais besoin d’un chauffeur. Ce ne sont pas les chauffeurs qui comme par hasard vont se promener avec 2 casques et des charlottes de protection capillaire 🙂

    Et puis on verra comment réagiras l’assurance du gentil scooteriste quand elle devras payer pour les dégâts corporels d’un(e) passager(ère) qui était sur le 2 roues au moment de l’incident pour un transport de personne rémunéré 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question de sécurité (anti-robots) *